Inauguration du nouveau crématorium

Extrait de presse
Extrait de presse, La Dernière Heure : "Les Bruxellois disposent d’un nouveau crematorium".

Extraits de l'article publié par la Dernière Heure :

Les autorités bruxelloises ont inauguré vendredi, en début de soirée, le nouveau crematorium implanté au nord de la capitale. Cette installation vient très utilement compléter une offre jusqu’ici limitée au crematorium d’Uccle, au sud.

Le nouvel équipement est situé à l’entrée des cimetières d’Evere et de Schaerbeek, en face de celui de Bruxelles.

L’inauguration a eu lieu en présence du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS), du ministre bruxellois des Pouvoirs locaux, Bernard Clerfayt (Défi), du président du CA de l’intercommunale Cremabru, Fabian Maingain (DéfI), et de la direction de celle-ci.

Lire l'article sur le site de La Dernière Heure

Les Futurs de Bruxelles

Extrait de presse
Extraits de presse, BX1 : "Deux tiers des Bruxellois sont fiers de leur capitale".

Extraits de l'article publié par BX1

En 2023, plus de 1.151 Bruxellois ont été interrogés sur leur vision de la capitale selon un échantillon représentatif. […] 
[…] Pour plus de 60% des répondants, il serait logique que les citoyens qui résident depuis plus de 5 ans à Bruxelles puissent voter pour les régionales et 57% souhaitent que le vote reste obligatoire pour les communales et les régionales. 
[…] Concernant le cumul d’un mandat local avec un autre niveau de pouvoir, les Bruxellois sont plus partagés. 40% estiment que le cumul n’est pas une bonne chose contre 47% pour. […] De manière globale, les citoyens sont attachés à leur quartier, à leur commune et à leur région. Plus de la moitié sont satisfaits de leur qualité de vie aux différents échelons géographiques. Les deux tiers se disent même fiers d’être Bruxellois. 
[…] Les Bruxellois sont particulièrement insatisfaits de la gestion des déchets, de la vitesse de circulation des voitures, des dégradations, des nuisances sonores, des taux d’impositions différents selon les communes, de la gestion des drogues ou encore du harcèlement.
[…] Ces résultats doivent servir pour l’élaboration du prochain accord de gouvernement selon le ministre des Pouvoirs locaux, Bernard Clerfayt (Défi), qui était en charge de cette étude. Reste à voir comment elle sera utilisée.

Lire l'article complet sur le site de BX1

Les Futurs de Bruxelles

Actualité
Repenser l’organisation et le fonctionnement des institutions bruxelloises en donnant la parole au citoyen, voilà l’objectif des Futurs de Bruxelles.

Repenser l’organisation et le fonctionnement des institutions bruxelloises en donnant la parole au citoyen, voilà l’objectif des Futurs de Bruxelles.  Elections, gestion des services publics, propreté, citoyenneté, confiance envers les mandataires… Aucun sujet n’a été oublié dans le rapport et les recommandations portées par les experts.

Pendant plusieurs mois, la Région a mené une vaste enquête sur l’avenir de Bruxelles et des 19 communes. Bruxellois, administrations, experts, juristes… tous ont été sollicités pour connaître leur avis et pouvoir mettre en place des réformes qui réussissent Bruxelles. A quelques jours de la fête de l’Iris, fête de la Région bruxelloise, penchons-nous sur les résultats.

Ce que souhaitent les Bruxellois

Ce qui ressort principalement de cette vaste enquête, c’est que les Bruxellois veulent des mesures efficaces qui ont des résultats. « Peu importe que le chat soit noir ou gris, l’important est qu’il attrape les souris », résume Bernard Clerfayt.

Ainsi, 57% des répondants souhaitent maintenir le vote obligatoire pour les élections communales et régionales, 52% trouvent que le bourgmestre doit être élu directement, 52% ne sont pas satisfaits des politiques de propreté, 64% sont fiers de leur Région. On constate aussi que les Bruxellois sont demandeurs de plus d’harmonisation entre les niveaux de pouvoir et de plus de mutualisation des moyens (aide sociale, enseignement, prévention, etc.).

Les sujets qui divisent

Enfin, si avec les Futurs de Bruxelles, il avait été rêvé que le « recours au peuple » permette d’imaginer une autre Bruxelles, cela n’est pas si clair. On constate que les Bruxellois sont très divisés sur certains sujets comme la fusion des communes ou des zones de police.

Un processus d’une envergure inédite

« Les recommandations du rapport émanent d’un processus démocratique jamais atteint à Bruxelles en termes de méthodologie, de représentativité et de diversité. Il serait à mon sens regrettable qu’elles ne servent pas de base à un engagement de toutes les forces politiques de cette Région et à la formation du futur gouvernement », conclut le Ministre amarante.

Les « Futurs de Bruxelles » doivent servir de base à la formation du futur gouvernement

Communiqué de presse

Pendant plusieurs mois, la Région a mené une vaste enquête sur l’avenir de Bruxelles et des 19 communes. Bruxellois, administrations, experts, juristes… tous ont été sollicités pour connaître leur avis et pouvoir mettre en place des réformes qui réussissent Bruxelles. A quelques jours de la fête de l’Iris, fête de la Région bruxelloise, penchons-nous sur les résultats.

Repenser l’organisation et le fonctionnement des institutions bruxelloises en donnant la parole au citoyen, voilà l’objectif des Futurs de Bruxelles.  Elections, gestion des services publics, propreté, citoyenneté, confiance envers les mandataires… Aucun sujet n’a été oublié dans le rapport et les recommandations portées par les experts.

Et ce qui ressort principalement de cette vaste enquête, c’est que les Bruxellois veulent des mesures efficaces qui ont des résultats. « Peu importe que le chat soit noir ou gris, l’important est qu’il attrape les souris », résume Bernard Clerfayt.

Ainsi, 57% des répondants souhaitent maintenir le vote obligatoire pour les élections communales et régionales, 52% trouvent que le bourgmestre doit être élu directement, 52% ne sont pas satisfaits des politiques de propreté, 64% sont fiers de leur Région. On constate aussi que les Bruxellois sont demandeurs de plus d’harmonisation entre les niveaux de pouvoir et de plus de mutualisation des moyens (aide sociale, enseignement, prévention, etc.).

Enfin, si avec les Futurs de Bruxelles, il avait été rêvé que le « recours au peuple » permette d’imaginer une autre Bruxelles, cela n’est pas si clair. On constate que les Bruxellois sont très divisés sur certains sujets comme la fusion des communes ou des zones de police.

« Les recommandations du rapport émanent d’un processus démocratique jamais atteint à Bruxelles en termes de méthodologie, de représentativité et de diversité. Il serait à mon sens regrettable qu’elles ne servent pas de base à un engagement de toutes les forces politiques de cette Région et à la formation du futur gouvernement », conclut le Ministre amarante.

Consultez le rapport complet

Plus d’infos ?

Pauline Lorbat – 0485 89 47 45

13 projets pour encourager le vote aux élections communales

Actualité
Encourager le vote aux élections communales

Au total, une enveloppe de 145.465€ a été débloquée par la Région bruxelloise pour soutenir le développement de 13 projets pour encourager le vote aux élections communales :

  • « Speed dating » politique proposé par « Le foyer des jeunes des Marolles » pour réunir les candidats de Bruxelles-Ville et les jeunes du quartier.
  • L’association « Filef N.E. » et sa campagne de sensibilisation auprès de la communauté italienne.
  • « Maks vzw » va concevoir des capsules vidéo avec des personnes porteuses d’un handicap mental qui exposeront leurs attentes des prochaines élections.
  • « Civix » diffusera sur les réseaux sociaux des vidéos sur les enjeux des élections locales.

Sensibiliser les publics concernés pour les inclure dans le processus électoral

En septembre dernier, le ministre des Pouvoirs locaux Bernard Clerfayt avait lancé un appel à projets à destination des associations pour encourager les Bruxellois et plus particulièrement les non-Belges, les jeunes et les personnes porteuses d’un handicap, à voter lors des élections communales.

L’indispensable information sur le droit de vote aux élections communales

Le 13 octobre 2024, les Bruxellois devront désigner leurs élus locaux. Seront-ils tous au rendez-vous ? En 2018, plus de 100.000 Bruxellois ne se sont pas rendus dans les urnes. Le taux d’absentéisme en Région bruxelloise s’élevait ainsi à 16,47%.

« Le vote est un des principes fondateurs de notre démocratie ! Bien qu’on observe une baisse du taux d’absentéisme à chaque scrutin, il reste trop élevé ! C’est un réel enjeu démocratique d’inclure tous les Bruxellois dans le processus électoral. Car ils sont les premiers à être impactés par les politiques locales », explique Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois des Pouvoirs Locaux.

« Il y a encore une grande partie de la population qui ne perçoit pas l’intérêt du vote, car ils ne sont pas assez renseignés sur le système électoral ou ne sont tout simplement pas au courant qu’ils ont le droit de voter. Ces initiatives de terrain devront permettre à tous les Bruxellois d’exercer leur rôle de citoyen », conclut le Ministre Défi.

La Région bruxelloise soutient 13 projets pour encourager les Bruxellois à voter aux élections communales

Communiqué de presse

À l’approche du scrutin communal, le Ministre bruxellois des Pouvoirs Locaux, Bernard Clerfayt, a lancé, en septembre dernier, un appel à projets à destination des associations pour encourager les Bruxellois et plus particulièrement les non-Belges, les jeunes et les personnes porteuses d’un handicap, à voter lors des élections communales. Au total, 13 projets ont été sélectionnés et soutenus à hauteur de 145.465€.

Le 13 octobre 2024, les Bruxellois devront désigner leurs élus locaux. Seront-ils tous au rendez-vous ? En 2018, plus de 100.000 Bruxellois ne se sont pas rendus dans les urnes. Le taux d’absentéisme en Région bruxelloise s’élevait ainsi à 16,47%.

« Le vote est un des principes fondateurs de notre démocratie ! Bien qu’on observe une baisse du taux d’absentéisme à chaque scrutin, il reste trop élevé ! C’est un réel enjeu démocratique d’inclure tous les Bruxellois dans le processus électoral. Car ils sont les premiers à être impactés par les politiques locales », explique Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois des Pouvoirs Locaux.

Parmi les Bruxellois se rendant le moins aux urnes, plusieurs groupes se démarquent : les jeunes, les non-Belges et les personnes porteuses d’un handicap. Face à ce constat, le Ministre a lancé un appel à projets à destination des associations pour encourager les acteurs de proximité à développer des actions de sensibilisation

Au total, une enveloppe de 145.465€ a été débloquée par la Région bruxelloise pour soutenir le développement de 13 projets.

  • « Speed dating » politique proposé par « Le foyer des jeunes des Marolles » pour réunir les candidats de Bruxelles-Ville et les jeunes du quartier.
  • L’association « Filef N.E. » et sa campagne de sensibilisation auprès de la communauté italienne.
  • « Maks vzw » va concevoir des capsules vidéo avec des personnes porteuses d’un handicap mental qui exposeront leurs attentes des prochaines élections.
  • « Civix » diffusera sur les réseaux sociaux des vidéos sur les enjeux des élections locales.

« Il y a encore une grande partie de la population qui ne perçoit pas l’intérêt du vote, car ils ne sont pas assez renseignés sur le système électoral ou ne sont tout simplement pas au courant qu’ils ont le droit de voter. Ces initiatives de terrain devront permettre à tous les Bruxellois d’exercer leur rôle de citoyen », conclut le Ministre Défi.

Plus d’infos ?
Pauline Lorbat – 0485 89 47 45

Fusion des polices : « Le problème, c’est le sous-financement fédéral des zones urbaines »

Communiqué de presse

Fusionner les zones de police ! C’est la solution proposée par Ecolo-Groen pour répondre aux enjeux de sécurité à Bruxelles. Une fausse bonne idée, selon le Ministre bruxellois des Pouvoirs Locaux, Bernard Clerfayt. Chiffres à l’appui, il dénonce un sous-investissement significatif du fédéral envers les zones de police urbaines. 

La police locale est composée de 181 zones de police réparties sur l’ensemble du territoire (6 à Bruxelles, 106 en Flandre et 71 en Wallonie). Elle effectue une série de missions locales comme le maintien de l’ordre public, l’intervention, la circulation ou encore le travail de quartier. Ces zones fonctionnent grâce au soutien des communes et aux dotations fédérales.  

Criminalité, trafic de drogue, règlements de comptes, etc. Ces derniers mois, les problèmes d’insécurité se sont multipliés en Région bruxelloise. La solution pour Ecolo-Groen : fusionner les zones de police. 

« Cette piste ne donnera aucun résultat ni au niveau de l’économie d’échelle ni au niveau de l’efficacité de la police. Le problème majeur de la police en Région bruxelloise, c’est surtout le sous-financement de la part du fédéral dans les grandes villes », explique Bernard Clerfayt. 

Si on regarde au niveau des dotations fédérales 2023, on constate que la dotation par policier est inférieure dans les zones bruxelloises qu’ailleurs sur le territoire. Ainsi, le financement moyen par policier s’élève à 34.199€ à Bruxelles contre 46.630€ en Flandre et 53.890€ en Wallonie. La moyenne belge s’élève, quant à elle, à 48.999€. 

« Ce constat est d’autant plus inquiétant que la criminalité est plus élevée dans les grandes villes. Si les polices bruxelloises recevaient un financement fédéral identique à la moyenne belge, cela apporterait un montant complémentaire de 73 millions à nos zones de police. », ajoute le Ministre. 

Et d’ajouter que la proposition d’Ecolo-Groen ne prend pas en compte l’aspect multidimensionnel lié à la sécurité. 

« Les policiers ne sont pas les seuls à faire partie de la chaîne de sécurité. La politique de lutte contre la criminalité est conduite par le Parquet. Une police fusionnée ne changera donc rien à ce niveau-là. Et n’oublions pas que ce qui fait la force de la police locale, c’est sa proximité avec les habitants, sa connaissance du terrain et sa collaboration avec les acteurs de la prévention. C’est cela que nous devons renforcer », conclut Bernard Clerfayt. 

Contact ? Marine Deschouwer – 0498 14 84 48